Comment réussir le design d'une bouteille de Gin

Pascal Rivière, directeur de création de l’agence « Les Frenchy », est revenu avec nous sur l’élaboration, la création et le design de la bouteille d’Anaë Gin.
Partager sur:

"Comment réussit-on concrètement le design d’une bouteille de Gin ?" Si la question est légitime, elle n’a malheureusement pas de réponses toutes faites. Le processus de création derrière chaque bouteille est complexe, protéiforme et unique. C'est d'ailleurs ce qui le rend si passionnant. L’agence "Les Frenchy" et son directeur de création, Pascal Rivière, ont travaillé en étroite collaboration avec Pauline Raffaitin pour réaliser la bouteille d’Anaë Gin. Derrière son design et ses nombreux partis-pris, on retrouve le désir sincère de proposer une bouteille belle et authentique qui matérialise les valeurs de la marque. Pari réussi ? C’est à vous de nous le dire mais en attendant, on vous partage les coulisses de son élaboration !

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

J’ai toujours été attiré par la création et le dessin. Le design a été une évidence quand j’ai dû choisir mon futur métier. J’ai eu la chance de travailler très vite dans le monde des spiritueux et de la parfumerie, des domaines à la fois très différents et très proches, mais inspirants. Le design des bouteilles a tellement évolué. Chaque projet est unique et même après des années de carrière, je reste enthousiaste à chaque fois que je me lance sur un projet inédit.

C’est quoi être un "directeur de création" ?

Un directeur de création se doit d'être fédérateur. Il doit avoir la confiance de son équipe, réagir aux idées de ses collaborateurs et toujours intégrer la touche de l’agence en gardant la spécificité du projet et de son univers. Il doit insuffler quelque chose de fort à l'origine de chaque projet, être le point de départ des réflexions et des pistes. Il accompagne. Il motive. C'est un guide, un moteur et parfois un garde-fou.

Qu’est-ce qui résume le mieux ton approche ?

Ne jamais oublier que l’on crée pour une marque et des consommateurs et non pour soi. Écouter, comprendre et concrétiser les envies de nos clients. J’aime être à l’écoute et retranscrire tout en interprétant. Niveau style, je pense avoir un design lisible et contemporain. L'objectif étant que les marques perdurent le plus longtemps possible.

Comment as-tu abordé le projet "Anaë Gin" ?

Avec des convictions et le désir d’être le plus honnête possible. Anaë Gin est un projet vertueux et mon travail devait être raccord. Je devais être contemporain, intemporel et me différencier des autres gins.

La bouteille d'Anaë Gin avec du Maceron de l'Île de Ré

Quelles questions essentielles se sont posées ?

Comment retranscrire l’approche environnementale et eco-friendly du gin Anaë sans que cela paraisse faux . Anaë Gin est "vrai" et "authentique" et je devais l’être aussi dans mes réflexions et mes propositions en matière de design.

 

Comment s’est organisée la collaboration avec Pauline Raffaitin, la créatrice d’Anaë Gin ?

Les échanges avec Pauline ont toujours été directs et enrichissants. Elle a tout fait pour que cette collaboration nous permette de bien travailler et de nous exprimer créativement. C'est très important quand on se lance sur un tel projet. Il faut une vraie confiance, un rapport honnête et sincère et une grande liberté. J'ai adoré travailler avec elle et je pense que cela se ressent sur le design final de la bouteille d'Anaë Gin.

 

Quelles ont été les pistes très vite explorées ?

Le choix de la bouteille était important. Il fallait trouver un design raccord avec l’esprit artisanal mais au sens noble du terme. J'ai toujours gardé en tête qu'il ne fallait pas être caricatural. Je voulais une bouteille très travaillée avec un décor en gravure qui donne envie de la garder pour un autre usage. L’idée de la réutilisation était essentielle et dans l’ADN d’Anaë Gin.

 

Quels sont les pièges à éviter quand on dessine une bouteille de gin ?

C’est un alcool blanc donc ne pas faire vodka et tout faire pour lui apporter une âme. Il fallait s’éloigner du design de certaines marques anglaises. Ne pas oublier qu’Anaë Gin est un produit français, fabriqué en France. Le tout sans être franchouillard bien sûr ! Garder aussi en tête que la bouteille allait être utilisée par des professionnels. Rien de pire qu'une bouteille qui ne tient pas en main pour des bartenders !

 

La bouteille d'Anaë Gin au bar Le Mazette à Paris

Qu’est-ce qui caractérisent la bouteille et l’étiquette d’Anaë Gin ?

Son travail verrier. Tout est parti de l’étiquette hexagonale. Les lignes verticales et en diagonale dynamisent et créent une jolie lumière. J’avais envie que cette bouteille ait un look neo-retro, contemporain et frais comme sa couleur d’ailleurs. Le vert était pour Pauline et moi essentiel. Cela devait être un bol d’oxygène et de nature. Il y a eu une infinité de tests pour arriver à ces couleurs !

 

Quelles ont été tes inspirations ?

Le monde de la déco et de l’art de la table. Je voulais que cette bouteille ne dénote pas sur une table, que les gens aient envie de la garder comme carafe. C’est pour ça que le logo "Anaë" est gravé sous l’étiquette pour montrer que la bouteille peut avoir une seconde vie.

 

Quels ont été les plus gros défis techniques pour réaliser la bouteille d’Anaë Gin ?

Les gravures des lignes. Le verrier Saverglass a été formidable. Les gravures sont à la fois fines, présentes mais pas grossières. Une vraie réussite technique mais aussi esthétique !

 

De quoi es-tu le plus fier ?

D’avoir eu la confiance de Pauline Raffaitin qui m’a laissé une totale liberté de création. Je souhaite qu’Anaë Gin trouve son public. C’est une création dont je suis très fier !